Mots-clefs

, , , , , ,

Burke, Edmund. Reflections on the Revolution in France, and on the Proceedings in Certain Societies in London Relative to that Event. In A Letter intended to have been sent to a Gentleman in Paris. London: J. Dodsley, in Pall Mall, 1790. 14 x 21,5. Volume in-8, reliure demi-basane fauve d’époque à petits coins, dos lisse, titre doré sur pièce de titre fauve, IV-356 p. Notre exemplaire est l’impression (53,c) décrite par Todd dans sa bibliographie des oeuvres de Burke. Elle aurait été publiée le 6 novembre 1790 à 2 000 ex., à peine une semaine après le succès de la première édition (1er novembre, 4 000 ex., 53,a) et de la seconde (2 novembre, 2 000 ex., 53,b). Ces trois tirages peuvent être regroupés sous la notion de première édition. Notre exemplaire se caractérise en page de titre par la place du « M » de la date (MDCC.XC) légèrement à droite du « D » de « J. Dodsley » (Todd, plate VI, p. 143) et par les signatures des feuillets collationnées en table comparative par Todd (ibid., p. 154). Les « Reflections » sont une réponse au sermon du pasteur Richard Price du 4 novembre 1789, qui commémorait le centenaire de la « Glorieuse révolution » anglaise de 1688. Price saluait la jeune Révolution française et demandait l’envoi de « a congratulatry address to the National Assembly of France ». Burke (1729-1797) est le premier à mener une analyse globale et comparative de la Révolution qui est en train de se dérouler en France. Globale, car il en pressent la portée  » the French revolution is the most astonishing that hitherto happened in the world ». Comparative, car il l’oppose en tous points à la Révolution anglaise de 1688. La comparaison porte sur les institutions et la notion de « constitution ». Le « bill called the Declaration of Right » a été fait pour préserver « our antient indisputable laws and liberties » (p.45). Il oppose les « abstract principles as the rights of men », à l’expérience historique, à la « practical wisdom », à « our liberties, as an entailed inheritance derived to us from our forefathers »…La condamnation est sans appel « France has bought poverty by crime » (p.54). Burke développe également une analyse économique de la France de 1789, de sa situation financière, de sa dette publique; il comptabilise ses forces et ses faiblesses « France far exceeds England in the multitude of her people, but I apprehend that her comparative wealth is much inferieors to ours » (p. 181). Il décrit les conséquences des mesures révolutionnaires, « the bank of discount, the great machine, or paper-mill, of their fictitions wealth »… »the paper circulation »… »the spoil of the church ». Il termine en démontrant les incohérences et les contradictions des « French builders » concernant l’organisation territoriale (la création des départements, « the superiority of the city of Paris », l’inégalité du droit de vote… », oeuvre d’une « ignoble oligarchy ». L’argumentation de Burke et sa philosophie de l’histoire seront largement reprises par la pensée contre-révolutionnaire française du XIXe siècle jusqu’à Maurras. Reliure modeste, rousseurs sur les pages de garde, mais bon exemplaire. Mention manuscrite sur la première page de garde « Janie (?) Soret 1830 ».

1 200,00 € contact@librairiehistoireetsociete.com

Publicités