Étiquettes

, , ,

Mediavilla, Richard De / Mediaville, Richard De / Richard of Middleton [Incunables]. Commentum Super Quarto Sententiarum / Richardus De Mediavilla – [Incunable – Provenance : Couvent Franciscain de Cortone, Haut Lieu de L’histoire franciscaine]. Venice: Christophorus Arnoldus, 1476. Incunable. 22 x 30. Volume in-folio, [Venice – Venezia : Christophorus Arnoldus, ca 1476-1477], reliure plein vélin ivoire contemporaine, dos muet, tranches de couleur gris-vert, signet de soie rouge, 1 f. bl. – 320 ff. – 1 f. vélin. [Collation : signatures : aa8, bb10, cc8, a – z10, 3 x 10, a10, b – d8.] Texte sur deux colonnes de 50 lignes, grandes marges, impression sur papier fort. Registre de signatures au premier verso, suivi de l’Incipit et de la « Tabula » sur 25 feuillets, foliotage postérieur manuscrit pour les 163 premiers feuillets, colophon in fine avec la mention manuscrite de la fin XVe ou du début du XVIème indiquant la provenance : « Loci Sancte Margarite de Cortone ». Initiales de l’incipit et du texte suivant la tabula finement ornées de guirlandes rouges et bleues débordant dans les marges. Initiales et lettrines rouges et bleues ornées rythmant chaque « distinctio » et chaque article.

Important théologien franciscain de la fin du XIIIe siècle, Richard de Mediavilla (vers 1249 – vers 1300) est originaire de Menneville en Picardie. Il a exercé la régence franciscaine à l’Université de Paris de 1284 à 1287, années pendant lesquelles il commente les Sentences de Pierre Lombard et tient des séances quodlibétiques, qui sont ses oeuvres principales. Le commentaire aurait été composé de 1282 à 1284. En 1295, il est élu ministre général de la province de France. Son commentaire des Sentences a été imprimé à plusieurs reprises au XVIIe et XVIIIe siècle puis est tombé dans l’oubli. Richard de Mediavilla a fait l’objet d’une monographie ancienne (E. Hocedy, 1925). La richesse et l’originalité de son oeuvre ont été redécouvertes récemment par le médiéviste Alain Boureau (Richard de Médiavilla – Questionss disputées, Les belles Lettres, 2012) : « Mediavilla garde une proximité avec Thomas d’Aquin, notamment par le biais d’Aristote, mais il se situe doctrinalement et chronologiquement entre les deux ruptures majeures avec le thomisme (Henri de Gand et Duns Scott) au coeur de la nouvelle métaphysique des années 1290-1310 ».

Exemplaire d’une grande fraîcheur (quelques rousseurs aux marges des premiers feuillets, avec trace de vers minimes, traces de légères mouillures sur les feuillets a1 et a4), initiales et lettrines soulignant chaque rubrique ornées avec beaucoup de finesse. ISTC – CIBN M-267 – Goff 423. Rare incunable, aux initiales et lettrines de style assez comparable à l’exemplaire de la Staatsbibliothek de Münich mais plus riche en couleurs, et à l’intérieur plus beau que l’exemplaire de la bibliothèque Victor Cousin à la Sorbonne. Mention manuscrite au verso du premier feuillet « Panzer. Tome III. Page 487. N°2738 ». [Annales Typographici fin XVIIe siècle de Georg Wolfgang Panzer]. Reliure contemporaine de qualité. Belle et rare provenance du couvent franciscain Sainte Marguerite de Cortone, près d’Arezzo, haut lieu de l’histoire franciscaine.

6 900,00 € contact@librairiehistoireetsociete.com